Biographie (FR)

Levan Mosiashvili

levaniLevan Mosiashvili est né le 30 août 1971, à Tbilissi. En 1993, il termine la faculté de sylviculture de l’Université Agraire de Géorgie. En parallèle, il apprend le métier de metteur en scène. En 1996, il obtient le degré académique du candidat des sciences biologiques et décide de changer de direction et de créer son propre univers.

La première période de son oeuvre est née de la réalité géorgienne. Sa première source d’inspiration est sa Géorgie natale, la Kakhétie. La vie des paysans, leurs maux, leurs inquiétudes et leurs joies, c’est la thématique principale des peintures de cette période. L’âme géorgienne est présente dans son art et on appelle ces œuvres ‘’les fresques de Mosiashvili’’. Avec leurs couleurs, leur pureté et leur simplicité, elles ressemblent aux icônes. Dans les oeuvres de cette période on ressent la nostalgie, le manque de ce « ‘’Paradis perdu’’ dont pleure le monde entier.
La seconde étape de l’art de Levan Mosiashvili est entièrement dédiée à sa ville natale. Son Tbilissi ne ressemble à aucun autre, ni par son sujet, ni par sa technique d’interprétation. Les petites fenêtres alignées l’une après l’autre sont séparées par une surface en relief de peinture à l’huile posées en quatre couches. Avec ses ‘’Tbilissi’’, le peintre exprime la cohabitation historique, les relations étroites, le voisinage proche, les visites chez les uns et les autres, ce qui était une caractéristique principale de cette ville il y a quelques années encore. Cette période de l’œuvre du peintre s’est terminée en même temps que ce type de relation. Ensuite, il est passionné de ‘’mosaïque’’. Pour sa fille Ana, à cette période, il peint des animaux avec une technique tout à fait originale.
Ainsi se termine la période la plus longue (15 ans) de l’œuvre de Mosiashvili, la période ‘’géorgienne‘’.

Les débuts du peintre en France ont lieu en 1998 où il est reconnu et récompensé par plusieurs victoires aux concours internationaux. La même année, Levan devient lauréat du concours international de Marseille. Ensuite, il gagne le concours de Carry-le-Rouet.
En 2008, le gouvernement français propose à Levan Mosiashvili de vivre et de travailler en France. Il devient le premier géorgien à qui on attribue le titre de séjour dans la catégorie ‘’Compétences et talents’’. Ses expositions personnelles sont organisées dans plusieurs régions de France, entre-autre, à Lyon, Paris, Nice, Toulouse, St Etienne, Pérouges, Tournefeuille et Verdier.
A part la France, Levan expose en Géorgie (Télavi, Signagi, Tbilissi), en Russie (Saint-Pétersbourg), en Estonie (île Saaremaa), en Syrie (Damas, Alep), en 2006, l’ancien président Turc, Suleyman Demirel ouvre son exposition personnelle, organisée dans la capitale de Turquie avec l’invitation de l’Université Internationale de l’économie. Ses rencontres en Europe changent ses couleurs et son style. Au début, il est passionné par le cubisme, ensuite par l’abstraction. Il considère alors que c’est le sommet de l’expression de sa liberté de création.
En 2010, Levan Mosiashvili gagne la nomination de l’abstraction moderne au Concours international de la ville de Fonsorbes. La même année, il reçoit le prix d’honneur du département de la Garonne, au concours de la ville d’Auterive. En 2011, il devient titulaire du Grand Prix du 29ème Concours international de la ville de Fousseret. Et en 2012, il obtient le prix spécial du Salon d’automne d’Auterive, fondation René Pous. De 2013 à 2016, il se distingue avec plusieurs autres prix, parmi lesquels il est à noter la broche d’or de la Bibliothèque Nationale du Parlement de Géorgie et la victoire, en France, de concours d’artistes occitans 2016, ‘’La France monde et culture’’.
Ces dernières années, l’état géorgien pour la fête nationale le 26 mai, décore les réceptions diplomatiques dans différents pays avec les toiles de Levan Mosiashvili. Ce genre de réceptions ont lieu en Afrique du Sud, en Suisse, aux Etats-Unis. En 2016, des expositions avec ses œuvres ont lieu au Centre de la propriété intellectuelle à Genève, à l’opéra de Pretoria et au musée d’Edouardo de Villa en Afrique du Sud, ainsi que lors de la semaine géorgienne à Saint-Pétersbourg en Russie.

Les œuvres de Levan Mosiashvili sont conservées dans des collections privées et des galeries de plusieurs pays (Géorgie, France, Russie, Etats-Unis, Allemagne, Suisse, Italie, Uruguay, Venezuela, Japon, Canada, Nouvelle Zélande, Australie, Turquie, Belgique, Angleterre, Brésil, Chili, Suède, Norvège, Chine). Les toiles du peintre sont exposées dans le bureau central du Pentagone (Washington), au directorat de la Galerie Trétiakove et à l’hôtel de ville de Moscou, dans le musée des vins et de la vigne à la Bibliothèque Nationale Géorgie, dans les Mairies et établissements officiels de plusieurs villes de Géorgie et de France.
Levan Mosiashvili dirige le Club des Amis de la Bibliothèque Nationale du Parlement de Géorgie, 2017 il est élu responsable du jury régional du concours international de l’art « Dessine-moi la paix ». Avec ses œuvres, il participe à des ventes aux enchères de bienfaisance et il aide à l’éducation artistique des jeunes générations.